Lemur catta ou Maki

Maki en français et en malgache, Ring-tailed lemur en anglais. Emblème de Madagascar, les makis se reconnaissent aisément à leurs queues annelées de noir et de blanc. Lorsqu’ils se promènent au sol, ils la tiennent en l’air comme un point d’interrogation.

[su_quote]Les groupes de makis peuvent aller jusqu’à une vingtaine d’individus. Une femelle domine le groupe, ce qui est très rare chez les Primates.[/su_quote]

Lors des jeux entre jeunes, leur agilité fait penser au chat et ils ronronnent quand ils s’épouillent. Les makis vivent dans les forêts sèches du Sud de Madagascar. Ils furent longtemps protégés par les Antandroy (une ethnie malgache du Sud) comme les Propithèques en effet les makis se tiennent les bras écartés pour prendre le soleil, ce qui fait penser à une prière, malheureusement la perte des traditions et la destruction des forêts menacent l’espèce.
Le Maki catta (Lemur catta) appartient à la famille des Lemuridae et constitue un genre à part entier : le genre Lemur. Les makis ou hira en malgache sont les lémuriens les plus connus, notamment à cause de leurs moeurs diurnes, leurs queues annelées en noir et blanc (14 bandes noires et 14 bandes blanches) et de la facilité d’accès des régions où ils vivent. Le maki est l’espèce emblématique de Madagascar. Ils miaulent et ronronne un peu comme le chat d’où leur nom Lemur catta (catta=chat).

Les makis sont semi-arboricoles, descendant volontiers à terre. Ils vivent dans les forêts tropicales sèches, dans les forêts galeries ou encore dans les forêts épineuses de la partie sud, sud-ouest et sud-est de Madagascar.

[su_quote]Les adultes mesurent entre 95 à 110 cm y compris la queue et pèsent 2.3 à 3.5 kg. Les makis se nourrissent essentiellement de feuilles (de tamariniers surtout), de fruits mais aussi d’insectes et de petits vertébrés.[/su_quote]

On peut dire qu’ils sont omnivores. Ils vivent en groupe de 3 à 20 individus composés d’autant de mâles que de femelles. Les femelles restent dans les groupes où elles sont nées et dominent les mâles. La compétition pour la dominance est très fréquente chez les femelles, même entre groupes différents. Quand aux mâles, ils s’affrontent à coup d’odeurs pestilentielles, dégagées par des glandes situées sur les avant bras et près des régions génitales. L’individu qui dégage les odeurs les plus fortes gagne et repart avec les faveurs de la femelle courtisée. Leur période d’accouplement commence mi-avril et la naissance des petits s’effectue pendant le mois de septembre (environ 135 jours de gestation). Les femelles sont fécondes à partir de leur troisième année et ont une portée par an, un bébé par portée. Dès le quinzième jour après leur naissance, les petits s’accrochent sur le dos de leur mère et sont ensuite transférés sur le dos des autres membres du groupe. Le taux de mortalité des jeunes est très élevé (seulement 40% arrivent à maturité).

Actuellement les meilleurs endroits pour voir les makis sont : la réserve privée de Berenty, la réserve d’Anjaha, le parc national d’Isalo, Andohahela, Vohibasia, Tsimanampetsotsa et Zombitse. Ces lémuriens se reproduisent aisément en captivité contrairement aux autres espèces.

Dans la nature, les makis sont vulnérables à cause de la déforestation, de la chasse, et de leurs prédateurs naturels : le FOSA (Cryptoprocta ferox) ; la Civette (Viverricula indica) ; le Boa terrestre de Madagascar (Acrantophis dumerili) et pour finir, à cause des animaux domestiques comme les chats et chiens errants.

Dans la région sud-est de Madagascar, les ethnies locales les considèrent comme leurs ancêtres ce qui contribue à leur conservation. Les lémuriens font partie de notre richesse et de notre patrimoine, c’est donc à nous de les protéger en prenant conscience de leur valeur inestimable.

Lemur catta (Linnaeus, 1758)
Ring tailed Lemur
Maki, Hira (malagasy)

Le Maki catta (Lemur catta) appartient à la famille des Lemuridae et constitue un genre à part entier : le genre Lemur.

Les makis ou hira en malgache sont les lémuriens les plus connus, notamment à cause de leurs mœurs diurnes, leurs queues annelées en noir et blanc (14 bandes noires et 14 bandes blanches) et de la facilité d’accès des régions où ils vivent. Le maki est l’espèce emblématique de Madagascar. Ils miaulent et ronronne un peu comme le chat quand ils s’épouillent d’où leur nom Lemur catta (catta=chat).

Contrairement à la plupart des autres lémuriens qui vivent dans les arbres, les makis sont semi-arboricoles descendant volontiers à terre. Ils vivent dans les forêts tropicales sèches ou dans les forêts galeries ou encore dans les forêts épineuses de la partie sud, sud-ouest et sud-est de Madagascar.

Les adultes mesurent dans les 95 à 110cm y compris la queue et pèsent 2.3 à 3.5 kg. Les makis se nourrissent essentiellement de feuilles (de tamariniers surtout), de fruits mais aussi d’insectes et de petits vertébrés. On peut dire qu’ils sont donc omnivores. Ils vivent en groupe de 3 à 20 individus composés d’autant de mâles que de femelles. Les femelles restent dans les groupes où elles sont nées et dominent les mâles qui tentent parfois de s’intégrer dans d’autres groupes. La compétition pour la dominance est très fréquente chez les femelles, même entre groupes différents. Quand aux mâles, ils s’affrontent à coup d’odeurs pestilentielles, caractéristiques de chaque animal, dégagées par des glandes situées sur les avant bras et près des régions génitales. L’individu qui dégage les odeurs les plus fortes gagne et repart avec les faveurs de la femelle courtisée. Un véritable combat d’odeur pour la procréation et assurer la descendance. Leur période d’accouplement commence mi-avril et la naissance des petits s’effectue pendant le mois de septembre (environ 135 jours de gestation). Les femelles sont fécondes à partir de leur troisième année et ont une portée par an. Un bébé par portée est la règle générale. Dès le quinzième jour après leur naissance, les petits s’accrochent sur le dos de leur mère et ensuite ils sont transférés sur le dos des autres membres du groupe. C’est pourquoi le taux de mortalité des jeunes est très élevé (seulement 40% arrivent à maturité).

Actuellement les meilleurs endroits pour voir les makis sont : dans la réserve privée de Berenty, la réserve d’Anjaha à Ambalavao, le parc national d’Isalo, Andohahela, Vohibasia, Tsimanampetsotsa et Zombitse. Ce sont également les lémuriens les plus populaires dans les zoos du monde entier, ils s’y reproduisent aisément à contrario des autres espèces.

Néanmoins dans la nature, les makis sont vulnérables à cause de la déforestation, de la chasse, et de leurs prédateurs naturels, à noter : le FOSA (Cryptoprocta ferox) ; la Civette (Viverricula indica) ; le Boa terrestre de Madagascar (Acrantophis dumerili) et pour finir, à cause des animaux domestiques tels que les chats et autres chiens errants.

Heureusement que dans la région sud-est de Madagascar, les ethnies locales les vénèrent et les considèrent un peu comme leurs ancêtres et cela contribue fortement à leur conservation.

Les lémuriens font partie de notre richesse et de notre patrimoine, c’est donc à nous peuple malgache de les protéger en prenant conscience de leur valeur inestimable à tous les niveaux.

RAZAFIMANITRA Jeanché Wilson Firmin
Professeur de S.V.T. au Lycée d’Imerintsiatosika
Guide naturaliste éco pédagogue freelance au Lemurs’Park

LES AUTRES ESPÈCES DE LÉMURIENS